Historique • Palais des Évêques

Un peu d'histoire...

Fondé sur le rocher Saint-Michel, le Palais des Evêques est à l'origine l'un des châteaux de la dynastie des Mondragon. Il est acquis en 1218 par l'évêque de Viviers dans le contexte du conflit albigeois.

A la fin du XIVe siècle, le château devient la résidence principale des évêques de Viviers, seigneurs majeurs de Bourg-Saint-Andéol. Vers 1450, alors que la guerre de Cent-Ans s'éteint, l'évêque Guillaume de Poitiers fait bâtir une somptueuse salle d'apparat - la Salle des Banquets - avec les Grandes Cuisines attenantes, aujourd’hui en fonctionnement. Le château prend dès lors la dimension de Palais, considérablement développé par l'évêque Jean de Montchenu à la fin du XVe siècle. Entre autres, il fait édifier l’aile du Grenier d’Abondance donnant sur la Cour d’honneur.

De 1532 à 1536, le prélat Claude de Tournon modifie certaines ouvertures dans la tradition gothique flamboyante. Ce chantier est mentionné par un document lapidaire visible depuis la rue Poterne.

Au XVIIe siècle, Monseigneur Louis-François de la Baume de Suze, dont l'épiscopat ne dure pas moins de 70 ans, marque durablement l'aspect du Palais. A partir de 1637 il fait entièrement décorer ses appartements dont le magnifique plafond de sa chambre, au programme iconographique unique en France. En août 1642, le Cardinal Jules Mazarin séjourne dans une des chambres nouvellement peintes. En 1629, suite au siège de Privas par les troupes du roi Louis XIII, une partie du Palais sert d’hôpital. Et en 1670, lors de la  Révolte de Roure, le Palais abrite le lieutenant du roi qui, à cette occasion, reçoit d’Artagnan avec ses mousquetaires.

Avec d'autres salles, la Salle des banquets a servi au cours des siècles, à différentes réunions des Etats de Vivarais, dont la dernière s’est tenue en 1732.

En 1732, l'évêque François-Renaud de Villeneuve décide de quitter le Palais et d'y établir le Petit Séminaire, ce qui entraîne de profonds remaniements. Ce Petit Séminaire, uni à la faculté des Arts de Valence, est réputé pour ses études en philosophie.

Les bâtiments, préemptés comme "Biens Nationaux" à la Révolution, retrouvent en 1826 leur vocation précédente avec le rétablissement du Petit Séminaires qui perdure jusqu’à sa fermeture définitive en 1852.

L'ancien Palais est vendu en 1854 à la Congrégation des Sœurs de la Présentation de Marie qui y ouvre "de petites écoles". Leur présence dure 140 ans, jusqu'en juin 1998, date de fermeture des écoles maternelle et primaire.

En 1946, le Palais est classé dans son intégralité Monument Historique. Le plafond de la chambre épiscopale reçoit le classement de Mobilier Historique en 1973.

En septembre 2000, les lieux deviennent une résidence privée. Les "parties historiques" sont confiées à l'association Palais des Evêques qui en assure les visites et les activités culturelles. Depuis le Palais connaît, sans discontinuer, des campagnes de restauration menées avec le souci constant du respect de l'identité du lieu et de son histoire.

Vue générale du Palais

Repères chronologiques du monument

XIIè - XIIIè siècles

Château des seigneurs de Bourg-Saint-Andéol (famille de Montdragon, alliée à la famille de Balazuc) acheté par l'évêque de Viviers qui devient seigneur dominant de Bourg

XIVè siècle

Les évêques quittent leur palais de Viviers (trop insalubre et trop petit), pour venir à Bourg-Saint-Andéol => ils agrandissent le bâtiment qui devient palais épiscopal, demeure principale des évêques de Viviers

XVè siècle

Nouvelle extension du palais qui prend l'importance que nous pouvons observer de nos jours (avec notamment la construction des cuisines et de la grande salle) Evêques Guillaume de Poitiers et Jean de Montchenu

XVIè siècle

Restauration de certaines ouvertures, en particulier du côté de la façade donnant sur la terrasse. Evêque Claude de Tournon

XVIIè siècle

Enjolivement de la demeure seigneuriale par l'évêque Louis François de la Baume de Suze (porte d'entrée, peintures)

XVIIIè siècle

Transformation du palais qui devient école du Petit Séminaire (1732)

XIXè siècle

Changement de propriétaire, les Soeurs de la Congrégation de Marie Rivier achètent le lieu qui devient école Saint-Michel

XXIè siècle

En 2000 le palais devient propriété privée et les nouveaux propriétaires, aidés d'une équipe de bénévoles, tentent de redonner ses lettres de noblesse à l'ancien palais des évêques